jeudi 3 septembre 2009

Etre l'ambassadeur de soi-même (où comment rater son vol peut amener à de belles rencontres)

Je viens de rater mon vol !
Je devais assister aujourd'hui à une réunion en Suisse et faire l'aller-retour dans la journée mais quand je suis arrivé à l'enregistrement l'hôtesse m'a dit, comme si j'étais le dernier des nazes, que j'étais arrivé 15 minutes trop tard (je reparlerais un jour du service client de certains comptoirs...)

Le prochain vol ne valant pas le coup d'être pris je décide de rentrer à la maison.

Je prend l'ascenseur avec un homme d'une soixantaine d'année, bien mis, cheveux blanc, à l'allure anglo-saxonne (ne me demandez pas ce qui m'a fait dire qu'il était anglo-saxon) et qui n'a pas trop l'air de savoir où il va.
Je lui propose mes services pour le guider dans mon anglais de série-télé (regarder les séries télé US en VO non sous-titrée a plus fait pour moi que 7 ans de cours d'anglais au collège et au lycée !) et la conversation s'engage naturellement.

L'homme est un professeur de Caroline du Sud qui passe par Paris pour aller à Dublin assister à une conférence sur l'histoire de l'Irlande du 18e siècle (véridique !)

La conversation s'engage, il me demande si j'ai déjà visité les US, je lui répond que non, mais que j'ai fait la Chine. Nous prenons la navette de l'aéroport ensemble et la conversation, agréable, roule de la Chine à la révolution française, en passant par Omaha Beach et Nicolas Sarkozy.

En le quittant il me tend sa carte "If you come to Columbia do not hesitate to contact me, good luck !"

L'autre jour je lisais les "100 Ways To Succeed/Make Money" (des conseils parfois tout simple et parfois non... voir ici et ) de Tom Peters (un gourou du management moderne dont je recommande la lecture du blog).

Il y parle de la notion d'ambassadeur. Notamment du fait que nous devrions nous considérer comme des ambassadeurs et que si nous nous voyions comme tel, lors du contact avec des clients en particulier, cela nous ferait réfléchir sur ce que nous faisons et sur comment nous le faisons.
Il a toutafait raison ! J'insiste sur le fait que nous devrions prêter une attention toute particulière à notre comportement car il influe évidemment sur la perception qu'ont les autres de nous et de notre travail. Et donc de la reconnaissance que nous en tirons.

Auriez-vous envie de remercier un collègue qui vous donne l'impression que vous l'importunez quand vous lui demandez quelque chose ?
Retournons la situation. Et vous ? Quand un collègue vous demande quelque chose, quelle implication/excellence/rapidité mettez-vous à lui répondre ? Vos collègues ont-ils envie de crier "Oh mon Dieu, mais tu es génial!" quand vous bossez avec eux ?

Quand mon professeur de l'aéroport m'a tendu sa carte et m'a ouvert les portes de sa maison je me suis senti tellement valorisé...tout ça parce que j'avais pris le temps de le guider et de discuter 3 minutes avec lui.

Vous pigez ?

Etes-vous votre propre ambassadeur ?

Si vous avez aimé (ou pas!) ce billet n'hésitez pas à laisser un commentaire dans la section ci-dessous.

7 commentaires:

Sanji a dit…

Tout ça est évident. Néanmoins, comme beaucoup de choses "évidentes", ça mérite d'être répété, et c'est très bien illustré.
Merci.

Monsieur J a dit…

Merci pour tes encouragements Sanji.
A propos j'ai fait un jogging ce midi et j'ai battu mon record personnel (je voulais juste partager ça avec vous ;-)

stephanie a dit…

L'activité physiques est certes conseillée pour diminuer le stress, cependant c'est une activité stressante pour le corps ....mieux vaut la marche, ou pleins d'autres alternatives innovantes ....
si toutefois le but de ce jogging était la gestion du stress ....
Stéphanie en live du cours "gestion du stress!!"

Neloo a dit…

Je partage cette opinion selon laquelle on "récolte ce que l'on sème" : si on se comporte de façon agréable, voir même altruiste, cela permettra à la personne envers qui nous nous sommes comporté de la sorte de se souvenir de nous comme d'une "bonne personne" et donc se comportera de la même façon envers nous (ce qui peut avoir un impact certain sur le réseau, etc.).

Être "ambassadeur de soi-même" ne s'apprend pas, malheureusement pour certains, être quelqu'un de serviable sans arrières pensées est inné.

Alors suis-je une bonne ambassadrice de ma personne ? Qui sais... Je pense être une personne agréable (dans la vie personnelle comme "professionnelle") mais qui me dis que c'est ainsi que je suis perçue par mes pairs ?

Monsieur J a dit…

@Neloo : pourquoi ne leur demandes-tu pas ?

Neloo a dit…

@Mister J. peut-être parce que rien ne me dis qu'ils répondront de façon honnête ?

Monsieur J a dit…

Si tu leur explique que tu veux recueillir un feedback le plus honnête possible pour t'améliorer, je suis sûr qu'il te le donneront sans mentir (qu'y gagnerait-ils?)